Rechercher

Le haut potentiel, qu’est-ce que c’est ?

Mis à jour : avr. 26


On les appelle hauts potentiels, surdoués, surefficients, atypiques, hypersensibles, ou encore zèbres, les enfants à haut potentiel intellectuel (HPI) ont des facultés intellectuelles supérieures à la moyenne. Ces enfants ont un quotient intellectuel (QI) égal ou supérieur à 130 (selon l’Organisation mondiale de la Santé) et représentent uniquement 2,3% des enfants scolarisés de 6 à 16 ans.


Le QI est évalué grâce à des échelles d’intelligence par un psychologue ou neuropsychologue uniquement. Les échelles les plus largement utilisées sont celles de Wechsler.

On entend souvent parler des intelligences multiples... La théorie de Gardner H. a mis en évidence 8 types d’intelligence que nous posséderions tous mais qui se développeraient de manière différente chez chacun, en fonction de nos préférences personnelles et de notre environnement (familial, social, scolaire, …). La théorie de Gardner n'est pas validée mais elle peut avoir une utilité sur le terrain, comme dans la connaissance de ses forces, le développement de l’estime de soi et, même, en méthode de travail et métacognition (apprendre à apprendre).

Contrairement aux idées reçues, un enfant HPI n’a pas nécessairement plus de facilités à l’école même si le haut potentiel est prédicateur de réussite scolaire. L’identification du HPI est, d’ailleurs, souvent réalisée dans un contexte de problématiques scolaires.


En effet, même si un haut quotient intellectuel est prédicateur de réussite seule l’intelligence parfois ne suffit pas. Un bon état psychologique, la motivation, un développement suffisant des fonctions exécutives (inhibition, planification,…), une bonne méthode de travail,… sont importants également.


L’intelligence est en partie « innée » mais il est réducteur de la concevoir que dans ce sens. L’environnement joue aussi un rôle important dans le développement de l’intelligence.

Exemple, si des jumeaux, à intelligence égale, à la naissance sont placés dans des environnements différents, un environnement favorable et l’autre défavorable, l’enfant qui grandira dans un environnement favorable (avec suffisamment de stimulations (interactions sociales, motrices, langagières, ...)) aura très probablement un QI plus élevé.

Cependant, être haut potentiel n’est pas l’apanage des enfants. Les adultes dont c’est le cas peuvent ressentir une différence tout au long de leur vie, dans leur représentation du monde, dans leurs modes de fonctionnement, dans leurs capacités de perception…

° Quels en sont les signaux d’appel ?


Il n’existe pas de signe d’appel majeur, mais des particularités du développement et du traitement de l’information peuvent être observées.

Mais il faut faire attention aux fausses croyances! :


- une pensée en arborescence: nous avons tous une pensée en arborescence. C'est le principe même du neurone

- le niveau attentionnel est différent: rien n' a été prouvé

-Un raisonnement logico-mathématique atypique : Les enfants HPI vont traiter les problèmes de manière globale, intuitive et non pas à l’aide d’une démarche séquentielle : rien n'a été prouvé également


On peut constater certains signaux mais ceux-ci peuvent être présents également chez des personnes qui ne sont pas HPI, donc attention!


- Une curiosité et des questionnements existentiels (exemples : origine du monde et de la vie, angoisses liées à la mort) ;

- Une possibilité de développer un humour singulier ;

- Une grande empathie pour ce que les autres ressentent ;

- Une préférence pour des camarades plus âgés ;

- le perfectionnisme, l'injustice

- ....


Mais alors, comment les détecter pour les orienter vers un spécialiste? Avant d'être évalué chez un spécialiste pour en être sur, malheureusement il n'existe pas de questionnaire validé scientifiquement pour vous aider.

Par contre, en tant que parents ou professeurs, il y a des comportements qui peuvent être observés:


- une avance développementale dans l'acquisition de la marche, du langage, de la lecture ou du calcul (vers 3-4 ans). Mais attention, tous ces enfants ne seront pas forcément HPI, c'est une tendance;

- une rapidité dans les apprentissages et un goût pour les apprentissages complexes;

- un ennui en classe car les contenus sont en lien avec une classe d'âge et donc pas assez stimulants pour eux. Mais attention, de nouveau il s'agit d'une tendance, tous les enfants qui s'ennuient en classe ne sont pas HPI!

- facteurs génétiques, la présence d'un haut potentiel dans la famille est un indicateur


Il est important de souligner que l’observation de ces signaux d’appel chez son enfant ne suffit pas à établir la présence d’un HPI. Ces signaux peuvent permettre de s’interroger et de diriger son enfant vers un professionnel. Un psychologue, ou neuropsychologue permettra de répondre à ce questionnement.

° L’hypersensibilité


L'hypersensibilité est souvent associée au haut potentiel. On peut souvent lire que l’intelligence hors norme de ces enfants leur permet une plus grande compréhension de l’état affectif de leurs pairs, mais également de leur propre état affectif. Cette intelligence entraînerait donc un « effet loupe » sur les états affectifs. Cet « effet loupe » exagérerait son ressenti vis-à-vis des situations relationnelles et sociales. Et donneraient souvent l’impression de « sur-réagir » aux événements via des grosses colères.

Cependant! même si l'intensité affective, les problèmes relationnels, le sentiment d'injustice amplifié,... peuvent être constatés chez les personnes à haut potentiel, les études scientifiques sur le sujet concluent toutes que la présence de ces traits ne l'est pas davantage dans cette population que dans la population tout-venant.


Des études récentes (*) ont révélé qu'une réaction émotionnelle intense à l'environnement peut engendrer une augmentation de l’inquiétude et de la rumination, deux propriétés connues pour être associées à une intelligence supérieure. La rumination chronique prédit des symptômes de dépression et d'anxiété. Mais attention de nouveau, cela est constaté chez des enfants qui sont déjà anxieux et ce sera donc amplifié.


L’enfant HPI qui est hypersensible peut apprendre à gérer ce surplus d’émotions et d’anxiété auprès d’un psychologue.


Si vous souhaitez plus d'informations à ce sujet, je vous conseille de lire le livre de Sophie Brasseur et Catherine Cuche "Le haut potentiel en questions"


"La plupart des interrogations n'ont pas de réponse simple, et le haut potentiel doit être manié avec délicatesse et nuance. Les recettes toutes faites à appliquer systématiquement n'existent pas dans ce domaine. Les ingrédients et leurs dosages sont toujours à penser au cas par cas, selon la situation" (**)

Si vous et votre enfant avez besoin d’aide, n’hésitez pas à contacter le cabinet La clé de la réussite.

Lambot Julie et

Neuropsychologue au cabinet La clé de la réussite

0467/07.06.99


Sources :

Guillon MS, Wurmberg D, Ertle S. La clinique psychiatrique de l’adolescent suicidaire repéré à haut potentiel intellectuel. L’Information psychiatrique 2018 ; 94 (1) : 53-7 doi:10.1684/ipe.2018.1742

(*) Penney, Alexander M., et al. “Intelligence and Emotional Disorders: Is the Worrying and Ruminating Mind a More Intelligent Mind?” Personality and Individual Differences, vol. 74, 2015, pp. 90–93., doi:10.1016/j.paid.2014.10.005.


(**) Brasseur S., Cuche C. Le haut potentiel en questions. Madarga. 2017


0 vue

LE CABINET

NOS HORAIRES

NOUS CONTACTER

© La clé de la réussite 

  • White Facebook Icon
  • White Google+ Icon
  • White Instagram Icon