top of page
Rechercher

Croiser la ligne médiane… Késako ?



Dans cet article, Virginie Depont, votre ergothérapeute va vous expliquer ce que signifie réellement de traverser la ligne médiane, les raisons pour lesquelles cette habileté est si importante au bon développement de votre enfant… Mais également, comment détecter si votre enfant est en difficulté et les activités amusantes pour franchir cette fameuse ligne médiane.


« Croiser la ligne médiane », qu’est-ce que ça veut dire ?


Pour commencer, « médiane » signifie « milieu ». Croiser la ligne médiane veut donc dire croiser le milieu… mais le milieu de quoi ?

Imaginons un instant que l’on puisse tracer une ligne qui diviserait notre corps en deux parties : en un coté gauche et en un coté droit. Croiser la ligne médiane veut donc dire que l’enfant peut faire des actions avec une de ses mains, un pied ou même son regard du côté opposé de son corps. Il peut donc faire des tâches se déroulant du côté opposé à celui du membre ou de l’œil qu’il utilise. Ce croisement, pour qu’il soit intégré, doit être spontané et automatique. L’enfant y aura donc recourt pour rester efficace dans son activité.

Touchez votre épaule gauche avec votre main droite… Voilà, vous avez croisé la ligne médiane !


Mais, pourquoi est-ce si important ?


Cette habileté joue un grand rôle dans l’accomplissement des activités de tous les jours. Croiser la ligne médiane est donc une action qui requiert l’intégration correcte de plusieurs capacités dont : la bonne conscience du corps et de son schéma corporel, la coordination œil-main, la dominance manuelle, l’orientation dans l’espace et surtout, la communication des deux hémisphères du cerveau.

Croiser la ligne médiane est un signe important que le cerveau est capable de coordonner ses deux hémisphères. Lorsque la ligne médiane est croisée, les deux côtés du cerveau doivent être actifs. Durant la petite enfance, cette habileté est importante notamment pour le bon développement de la motricité globale (marcher à 4 pattes par exemple) mais également pour le bon développement de la motricité fine (développer la dominance manuelle). En grandissant, intégrer cette notion de croisement de la ligne médiane est prédominante à :

- La lecture pour croiser les yeux de gauche à droite et permettre un suivi visuel suffisant ;

- La distinction des lettres asymétriques qui se ressemblent (d, b, p, q) ;

- L’écriture allant de gauche à droite avec la main dominante sur la feuille et sans inverser la forme des lettres ;

Puisque chaque hémisphère est responsable de tâches différentes, le fait qu’ils communiquent correctement est essentiel pour un apprentissage et une coordination appropriée.

Un enfant qui ne peut pas faire passer sa main dominante, spontanément, sur la ligne médiane aura pour conséquence qu’il utilisera ses deux mains dans leur hémisphères respectifs. Cela nuira au bon développement de sa motricité fine avec sa main dominante. Et donc, cela impactera de manière importante l’écriture et d’autres compétences de la vie quotidienne comme l’habillage, le brossage de dents, les lacets…

Cette habileté est une fondation des plus importantes pour le bon développement de votre enfant !


A quel âge un enfant est sensé croiser la ligne médiane ?

- Avant 6 mois, bébé est déjà amené à croiser la ligne médiane avec son regard en suivant un objet qui bouge.

- Aux alentours de ses 8 mois, l’enfant peut être amené à croiser la ligne médiane en transférant un objet d’une main à l’autre.

- Vers 12 mois, le jeune enfant croise la ligne médiane avec ses pieds lorsqu’il tente de les attraper ainsi qu’en passant d’une position à l’autre (du dos au ventre en menant le mouvement avec une jambe). Ramper et marcher à 4 pattes requièrent également le croisement de la ligne médiane.

- Vers 4 ans, l’enfant croise sa ligne médiane normalement avec aisance (pour les activités ne demandant pas trop de dextérité).

- Pour ses 9 ans, le croisement de ligne médiane est généralement bien intégré ; l’enfant l’utilise de manière spontanée et au besoin.


Comment reconnaître un enfant qui ne croise pas sa ligne médiane ?


Plusieurs indices peuvent vous mettre sur la piste. Un enfant qui ne croise pas sa ligne médiane est un enfant qui :

- Dévie le tronc ou déplace la feuille lorsqu’il arrive au centre de son corps ;

- Change de main si les objets sont de l’autre côté par rapport à sa main dominante ;

- Quand il dessine une croix, il ne croise pas les lignes ; il s’arrête au centre et reprend la ligne de l’autre côté ;

- Adopte le plus fréquemment la position couchée sur le côté comme position de jeu ;

- A une mauvaise écriture. Lorsqu’un enfant ne peut pas traverser la ligne médiane, il change souvent de main à plusieurs reprises lorsqu’il écrit, dessine, colorie, etc. L’écriture manuscrite peut s’avérer plus difficile et son travail scolaire peut être confus et compliqué ;

- Rencontre des difficultés pour certaines activités de la vie quotidienne, comme : se brosser les dents et les cheveux, fermer des boutons, fermer des fermetures à glissière, enfiler des chaussettes et des chaussures, etc.

- A une faible motricité globale.

- Manque de coordination motrice.

- Tourne le corps pour éviter de tendre les bras/les mains vers l’autre côté du corps.

- Éprouve des difficultés à lire. Comme mentionné précédemment, les enfants qui ne peuvent pas traverser la ligne médiane peuvent trouver plus difficile de suivre visuellement quelque chose de gauche à droite, ce qui peut retarder leurs compétences en lecture.

- Retard de développement dans la manipulation des différents outils scolaires (crayon, ciseaux…)


Quelles sont les conséquences possibles ?


Si un enfant ne croise pas la ligne médiane, cela le poussera à compenser. Par exemple, il tournera son corps ou l’objet à atteindre. Par conséquent, cela lui prendra plus d’énergie et diminuera l’efficacité de sa coordination. En cas d’absence de compensation, on peut observer que l’enfant a tendance à paraître ambidextre (utiliser autant une main que l’autre). Cette pratique risque de nuire au développement de la dominance manuelle dans les activités à deux mains comme celle du découpage.

Fixer sa latéralité est d’une importance capitale pour être efficace. En effet, il est prouvé qu’utiliser toujours les mêmes circuits neurologiques permet d’automatiser plus rapidement le mouvement.

Comme autre impact, nous pourrions observer également que l’autonomie à l’habillage se fait très lentement : enfiler ses chaussettes, mettre ses chaussures et la capacité à nouer ses lacets. Mais également, la motricité globale pourrait être ralentie : ski, courir, sauter… Ces activités complexes pourraient être difficiles à maîtriser. Mais encore, la lecture et l’écriture seraient également impactées lorsqu’il sera nécessaire de passer d’un côté à l’autre de la page.


Quelques idées d’activités poussant au croisement de la ligne médiane

0-1 An


- Placer le bébé sur le ventre et installer des jouets à regarder/atteindre devant lui, à gauche et à droite.


1-2 ans

- Lancer une balle vers la gauche ou vers la droite.


2-3 ans

- Placer un instrument de musique (type tambour) du côté opposé à la main qui tape l’instrument.

- Avec un petit balai, sous forme de jeu, balayer de gauche à droite.

- Réaliser un parcours de motricité globale en forme de croix.

- Demandez à votre enfant de se tenir debout, puis de se pencher et de toucher son pied gauche avec sa main droite. Revenez en position debout et répétez l’exercice avec le pied et la main opposés.


3-4 ans

- Joue aux circuits de petits trains où ils sont déplacés de gauche à droite.

- Peindre, face à soi, avec des rouleaux de peinture en croisant la ligne médiane (si vous tenez à vos murs… faire semblant fonctionne très bien aussi !).

- Jouer à « Jacques a dit » en sollicitant des mouvements qui croisent la ligne médiane.

- Jouer au chef d’orchestre ou au magicien en instaurant des mouvements avec la baguette qui croisent la ligne médiane.

- Coller des autocollants ou des gommettes du côté opposé du corps.

- Tracer un grand 8 avec une craie et installer l’enfant assit au milieu du chiffre. Ensuite, il doit tracer la forme à l’aide de son doigt, d’un crayon ou d’une craie… en utilisant sa main dominante !

- Installez l’enfant allonger sur le ventre sur un ballon et demandez-lui de trier des objets d’un côté à l’autre.


4-5 ans

- Chorégraphie de danse avec des foulards que l’on fait voler du côté opposé.

- Jeux de mains entre deux enfants.

- Combat imaginaire à l’épée qui croise la ligne médiane.

- Disposer des plantes à arroser de gauche à droite.

- Dessiner des chemins qui s’entrecroisent et les faire suivre par le doigt.

- Disposer des objets de chaque côté de l’enfant qui doit les attraper avec la main opposée.

- Assis au milieu d’une grande feuille, l’enfant trace un arc en ciel tout autour de son corps sur du papier.


6 ans et +

- Jeu du Twister.

- Tracer des symboles de l’infini sur une feuille ou un tableau face à soi.

- Jouer des instruments de musique type flûte traversière ou violon.

- Les arts martiaux.

- Chorégraphie sur des comptines (« tête-épaule-genou-pied » par exemple) en croisant la ligne médiane.

- Tâches ménagères : essuyer les dessus de table, laver les vitres ou la voiture… L’idée est d’utiliser la main dominante pour faire de grands mouvements rapides.

- Yoga


Un dernier conseil


Si vous reconnaissez un élève, un enfant dans votre entourage ou votre propre enfant dans les explications citées ci-dessus ? Il est judicieux de consulter un ergothérapeute pédiatrique. Ce spécialiste évaluera et stimulera les habiletés de l’enfant en difficulté.


On se revoit de l’autre côté de la ligne médiane !


Besoin d'aide? n'hésitez pas à contacter le cabinet La clé de la réussite!


Virginie Depont

Ergothérapeute pédiatrique

0491/74.66.86



Sources:


https://www.bloghoptoys.fr/ergotherapie-croiser-la-ligne-mediane-avec-des-exercices-a-la-maison

http://sonyacoteergo.blogspot.com/2018/05/quest-ce-que-le-croisement-de-la-ligne.html

https://jmccentre.ca/ckuploads/files/15_CROISEMENT_DE_LA_LIGNE_ME%CC%81DIANE_.pdf

102 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page